Paroles de Francais: Antoine Guillon

La OTSO Trail Menorca Camí de Cavalls, l’Ultra-trail tendance d’Espagne à sa légende. Et Elle a un accent français. En effet, notre Antoine Guillon national est le Triple de l’épreuve (2016,2017 et 2018). En 2018, il a même gagné la course (ex-aequo avec le m allorquin Pere Garau) après s’être perdu 30 minutes dans la nuit minorquine !

C’est aussi le recordman de l’épreuve : 19 h 18 pour faire le tour de l’île (185 kms +3500 de dénivelé). Il compte réaliser la passe de 4 au mois de Mai. Cette année, le trail Menorca affiche complet depuis le 20 février et va battre son record de participants avec 1800 coureurs. De plus, le plateau élite est très relevé avec notamment la présence des Espagnols Jordi Gamito ( 3e UTMB 2018), Pau Capell (6e UTMB 2017), Juan Maria Jimenez ( 10e UTMB 2017),Tofol Castanyer et l’italien Marco de Gasperi.

La semaine dernière ( Mars 2019), en compagnie de Christophe Le Saux et d’autres trailers français de la Team Globetrailers , Antoine est venu à Minorque pour faire un bloc d’entraînement : le tour de l’île en 4 étapes. J’ai eu la chance de courir une dizaine de kilomètres en sa compagnie. Lors de son passage à Minorque, Antoine, a donné une interview au journal local. Voici sa retranscription :

Bonjour Antoine, il semble que grâce à tes victoires à Minorque, tu as contribué à la notoriété de la course en France ?

Peut-être. Le staff de la course m’a aussi indiqué qu’ils étaient présents lors de l’UTMB 2018 pour faire connaître le Trail Menorca. Les organisateurs m’ont aussi confirmé la présence d’un contingent de 30 Français (un record) sur la ligne de départ le 17 mai sur une des 6 courses. 

Déjà 3 participations pour la Trail Menorca. Tu reviens cette année ? 
Oui. J’ai 12 participations à la diagonale des fous. Pourquoi ne pas faire pareil à Minorque ?

Quel est ton programme avant de venir à Minorque (17 mai 2019) ?
J’ai le 100 milles d’Istries en Croatie (+6539 m) le 12 avril.

Qu’est-ce qui te plaît sur la OTSO Trail Menorca Camí de Cavalls?
J’adore l’idée de faire le tour de l’île, cela donne un sens à la course. De plus, le parcours a peu de dénivelé pour un 100 milles. On court beaucoup. Enfin, courir le long du littoral, c’est vraiment génial.

Quel est le secret pour courir 185 kilomètres en moins de 20 heures ?
Ma préparation est scindée en deux : 50 % course à pied et 50 % vélo. J’entraîne beaucoup le dénivelé (+240.000 mètres) en course à pied et (+100.000 mètres) à vélo. Cela m’aide à courir plus longtemps. Je réalise 10 entraînements par semaine, soit entre 20 et 30 heures.

Tu dis qu’il y a peu de dénivelé, que le chemin est facile techniquement. Hors, le taux d’abandon ( 35% en 2018) est supérieur à la moyenne des autres 100 milles. Pourquoi, d’après toi ?

Justement, il faut courir beaucoup plus longtemps que sur un 100 milles classique ou le pourcentage de kilomètres de marche est plus important qu’ici. Pour prendre mon cas concret, je crois que sur l’ensemble de la course, je marche seulement 45 minutes.

À quoi penses-tu lorsque tu cours ? 
Je me concentre sur le chemin et les autres coureurs. Lorsque que le sentier est peu technique, je pense à mon planning, aux vacances et à mes prochains défis.

Ma stratégie mentale est d’être toujours positif. Par exemple, lorsque je me suis perdu 30 minutes l’année dernière, je suis resté optimiste. C’est comme ça que j’ai pu accélérer et  rejoindre la tête de la course assez rapidement.

À ce rythme, c’est difficile de penser que tu profites beaucoup des magnifiques paysages de Minorque ?

Ce week-end, j’en ai profité beaucoup plus ! Notamment de la zone de l’Albufera d’Es Grau comme Addaia, Favaritx, Sa Mesquida ou Es Grau. C’est des zones où je passe de nuit lors de la course.

Sinon, j’aime bien la zone de Cala Galdana ou nous sommes logés (excellent hotel, Artiem Audax). J’aime aussi l’ambiance du port de Mahon et les encouragements des coureurs qui patientent avant le départ (00 h 30) des 100 kms (trail Nord, +2200 m).

Que penses-tu de la combinaison trail – tourisme qu’offre Minorque ?
Le tourisme sportif est important pour de nombreuses destinations touristiques. Chaque année avec mon épouse Anne, nous essayons de découvrir 3 ou 4 sites. Je voyage aussi avec mon ami christophe Le Saux ( Team Raidlight ).

Je m’entraîne beaucoup et je souhaite toujours me lancer de nouveaux défis. Le prochain, c’est à la Réunion au mois de juin : le tour de l’île, 212 kms (+2000 m) et essayer de battre le record de 21h20. Je vais vous faire une confidence : l’idée de ce défi m’est venu en courant ici, à Minorque sur le cami de Cavalls. Par ailleurs, en 2020, j’ai l’intention d’organiser un autre séjour à Minorque, mais multisport cette fois ( Trail, VTT et Kayak).

Tu as couru sur les 5 continents. Quel lieu t’as le plus impressionné ?
L’année dernière, j’ai couru la Eléphant Run, en Afrique du Sud, 100 milles dans une réserve naturelle au milieu d’animaux sauvages. C’est sûrement pour ça que j’ai couru plus vite ! Le parcours n’était pas balisé, je me suis guidé avec le gps du téléphone. La nuit fut spectaculaire.

Revenons à Minorque. Comment tu décris l’île à tes amis ? 
Le littoral est impressionnant avec une grande variété de paysage, l’île est riche de contraste, notamment entre le Nord et le Sud. On trouve aussi partout ces petits murets en pierre sèche (NDLR : Minorque compte entre 30 et 40.000 kms de muret en pierres sèches.)

On court beaucoup, le chemin est facile techniquement, la température au printemps est idéale. Minorque est à deux heures de Paris, proche de Barcelone pour ceux qui habitent dans le Sud-ouest. Aucun doute, Minorque vaut vraiment le détour, aussi bien pour un séjour sportif que pour de simples vacances.

Antoine, le tour de l’île en moins de 19 h, c’est pour cette année ?
C’est possible, l’année dernière, j’ai réalisé 19 h 21 en me perdant 30 minutes. C’est jouable, surtout s’il ne fait pas trop chaud.

Merci Antoine et à très bientôt!!

Ps: Antoine Guillon a battu le record de l’épreuve OTSO Cami de Cavalls lors de l’édition 2019 avec un temps de 18 h 43( 1er ex-aequo avec l’espagnol Pere Garau comme en 2018).

Défiler vers le haut