Résumé des infos à Minorque du 21 au 28 juin 2020

Coronavirus. Au 26 juin 2020, Aucun patient n’est présent à l’hôpital Mateu Orfila de Mahon pour cause de Covid-19. Toutefois, 5 personnes sont en quarantaine à leur domicile. En effet, un couple de Minorquins est positif. Il s’agit d’un cas importé.

En effet, le couple est revenu des États unis ou ils résident. Ils sont sans symptômes et ne savaient pas qu’ils étaient positifs. Le souci : Ils sont passés par l’aéroport de Barcelone, les ports de Barcelone et Minorque sans que les contrôles détectent leur état.

À Noter : Le grand civisme du couple, qui a pris toutes les mesures de sécurité lors de voyage. De plus, lors qu’ils sont arrivés à Minorque, ils se sont auto-imposés une quarantaine. 

Transport aérien : Le premier vol international est arrivé samedi après-midi. Il s’agit d’un vol Transavia, avec environ 200 personnes à Bord. Un vol de Luxair (Luxembourg) était prévu samedi matin mais il fut annulé vu son faible taux d’occupation.

Vous l’avez remarqué, c’est un peu le chaos chez les compagnies aériennes, avec beaucoup de vol annulés, en particulier chez EasyJet.

Transport Maritime : La Connexion en Ferry Toulon – Ciutadella débutera avec 3 mois de retard. La première traversée s’effectuera le 4 juillet.

Britanniques : Nos amis anglais sont autorisés à venir en Espagne sans quarantaine depuis le dimanche 21 juin. Il semblerait que les enjeux économiques ont eu une importance décisive malgré la toujours délicate situation du coronavirus au Royaume-Uni.

Enfants : Bonne nouvelle, les parcs pour enfants sont désormais ouverts à Minorque !

Phare de Favaritx : A partir du 1er juillet, on ne pourra plus se garer à proximité du phare. Deux options sont disponibles : prendre le bus depuis la gare routière de Mahon ou se garer au nouveau parking, à environ 2 kilomètres du phare.

Macarrella : La aussi, à partir du 1er juillet, bus obligatoire depuis Ciutadella. Pas d’option parking possible.

Tui : Le tour opérateur allemand, géant du tourisme mondial est en proie à de grande difficultés financières. Par ailleurs, sa filiale française va être vendue ou fermée. Les conséquences à Minorque ? Catastrophique, car c’est le tour opérateur le plus important de l’île.

De plus, les premiers touristes Tui arriveront à partir du 11 juillet à Majorque et Ibiza. Mais pas à Minorque. Selon les rumeurs locales, ils pourraient venir à partir du 25 juillet. 

Par contre, TUI France ne viendra pas. Un gros coup dur pour l’économie Minorquine avec de nombreux emplois perdus.

Appartements et Villas : La chasse aux fraudeurs est lancée. Depuis 2017, les propriétaires doivent posséder une licence touristique afin de pouvoir louer à des touristes. Pour posséder cette dite licence, il faut remplir certaines exigences et surtout être dans une zone autorisée. (Et payer des impôts sur les revenus générés, le cœur du problème).

Après quelques années de laxisme, il semblerait que le conseil insulaire ai décidé de mettre tous les moyens en œuvre pour lutter contre la location illégale.

D’ici peu, un site internet va être mise en ligne afin de permettre aux éventuels locataires de vérifier si le numéro de licence affiché par le propriétaire est réel et s’il correspond à l’annonce.

En effet, de nombreux propriétaires inventent un numéro ou pire utilisent frauduleusement un numéro attribué à un tierce personne. 

Enfin, les autorités locales ont sollicité les services de l’entreprise Harmari, spécialisée dans la traque des offres illégales sur internet (plateforme comme Airbnb mais aussi réseaux sociaux comme Facebook, Instagram, LinkedIn) via un outil technologique qui a fait ses preuves dans de nombreux villes et pays à travers le monde.

Pourquoi il faut une licence touristique pour louer à des touristes à Minorque ? Pour les mêmes raisons que dans de nombreuses villes en France ou ailleurs :

  • Protéger les minorquins de l’inflation galopante des loyers (+40 % en 3 ans).
  • Afin que l’administration récoltent des impôts qui servent à payer nos médecins, professeurs etc….

Outre l’aspect “éthique”, un aspect économique peut sensibiliser. Les contrevenants sont avertis :

  • Sanctions pouvant aller jusqu’à 40.000 euros pour les propriétaires.
  • Aucune protection pour les touristes qui peuvent voir leurs réservations annulées à tout moment par le propriétaire s’il se fait contrôler ou par peur d’un contrôle.

Un proverbe espagnol pour résumer la situation :

“Lo barato sale Caro”. En français :  Le moins cher s’avère (beaucoup) plus cher.

Ne ratez pas les infos hebdomadaires, l’agenda actualisé, les meilleurs spots du moment, Suivez-moi sur ma page Facebook!

Défiler vers le haut